Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dédale 21052

  • La lettre, le sceau et l'étoffe

    6 mai. A la galerie TrES, vernissage de l’exposition La lettre, le sceau et l'étoffe. Trois grands maîtres de l’art traditionnel coréen : Chi Eun-Sook - Calligraphie coréenne (Seoye) ;  Jehon Kyu-Hyun - Sceaux gravés sur pierre (Jeongak) ; Kim Mi-Young - Tissus coréens dans la manière traditionnelle (Bojagi - Chogak-bo)

    Performance de Chi Eun-Sook et Jehon Kyu Hyun, laquelle grave devant le public un sceau.

    Voir présentation de l'exposition

     

    avatar dedale52.JPG

  • 10 pour 100 et le souffle de l'homme rouge

    3 mai 2016.

    Visite de l’expo 10 POUR CENT, à l’atelier 1, rue de Chateaubriand 44000 Nantes - 10 artistes pour 100 portraits dans la collection du CACP-Villa Pérochon/Niort. Des œuvres d’Emmanuelle Brisson, Bostjan Pucelj, Ida Jakobs, Philippe Guionie, Nadège Abadie, Ayaka Yamamoto, Alexandra Pouzet et Nicolas Marcadier, LisaWiltse, Karen Miranda Rivadenaira, Olivia Maria Da Silva.

    Belle exposition, avec des portraits mis en scène de manière parfois étonnante.

    Le soir, à la salle Vasse, Le souffle de l’homme rouge, par la compagnie Science 89. Une promenade-spectacle à travers la Salle Vasse en 4 parties, 4 regards-témoins :  un accueil de type «Cabaret» dans le hall avec poèmes et chansons «utopiques», par Michel Valmer ; une présentation en salle avec des extraits d’écrits de Svetlana Alexeievitch par 2 comédiennes (Chantal David et Christine Monéger) dirigées par Françoise Thyrion ; une performance de la plasticienne et auteure Olga Boldyreff avec danse, musique, installation, photographies - souvenirs de l'artiste à l'époque de Brejnev ; puis retour dans le hall.

  • 30 mars 2016, photos, peintures, sons, vidéos, les rues de la ville

    30 mars.

    Exposition photos (visible du  11 mars au 14 avril 2016) sur les grilles du Jardin des Plantes, rue Stanislas Baudry. Le chantier en cours du Musée d’arts. Avec une cinquantaine de clichés superbes pour la plupart des quatre photographes : Willy Berré, Cécile Clos, Bernard Vinceneux   et Georges Landreau, ces deux derniers adhérents du Photo Club Nantais. Certaines photos semblent comme crémeuses, douces, suaves. D’autres mettent en valeur des lignes, des perspectives – éléments architecturaux qui tranchent les uns sur les autres du fait de leurs couleurs, de leurs formes, de leurs structures. Enfin, quelques-unes racontent le chantier, avant, pendant, après. Une très belle exposition.

    Le même jour, visite pour la deuxième fois de l’exposition de HYYTIÄINEN Arja à la galerie Confluence. Ses portraits de patients atteints de maladie mentale dans un hôpital (le diaporama dans la petite pièce de la galerie) sont particulièrement fascinants. Dans ses œuvres, l’artiste s’inspire des rencontres inattendus de la vie, de l’intime, de la condition humaine, de la norme et de la marginalité.

    Poursuite du périple par la galerie RDV pour l’exposition la Candeur Conquérante , variation autour des Ecrits corsaires de P.P. Pasolini. Carte blanche à Jérôme Diacre et les artistes de la revue LAURA - avec Giulia Andreani, Martine Barrat, Franck Charlet, Sanjin Cosabic, Sammy Engramer, Alain Fidanza, Frédéric Lecomte, Diego Movilla et Erwan Venn.

    Un peu plus loin, à l’Atelier, rue de Chateaubriant, visite de Cyber Nitouche-– une exposition qui fait un clin d’œil au tout numérique. Beaucoup d’images et de sons. Des installations où le visiteur peut participer (Ainsi l’installation : La Terre Peut-Elle Emettre Des Sons de La Gaterie) ou simplement regarder une vidéo (Minuscule Faune de Sarah Clénet, Rosa Parlato, Mitsuaiki Saïto), des sculptures (Tenir de Wilfried Nail), etc.

    Et il ne faut pas oublier les autres artistes participant à cette exposition : Amandine Portelli, Carine Léquyer et Julien Le Tallec, Chloé Malaise, le Collectif APO33, Jenny Pickett & Julien Ottavi, Coline Leuillet. Tous très créatifs et élégants.

    Et enfin vernissage de l’exposition Opus → papier à la galerie TrES donnant à voir les œuvres variées de Philippe Barbe, peintre nantais inspiré par ses voyages et s’adonnant notamment et récemment aux encres de chine sur papier. La nature l’inspire. Comme Raphael Zamora, aquarelliste, qui, au premier étage de la galerie, expose des iris.

    Le premier aborde un univers où la nuit n’est pas noire et où les dragons se battent dans le pré. Le regard du second s’ébroue dans la transparence et la fluidité