Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Faust sous les toits, la plage, avril 2013

     

    13-5-7, site troglodyte la madeleine (10).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Concert ONPL du 3 avril 2013 : Hector Berlioz : Harold en Italie ; Félix Mendelssohn : symphonie n°3 Ecossaise ; direction : Sabastian Lang-Lessing.

    La musique contrastée de Berlioz - puissance des cordes graves et envolées lyriques des violons – et l’alto soliste, David Aaron Carpenter. Remarquable, flamboyant, romantique !

     

     

    13-5-7, site troglodyte la madeleine (11).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

     

    Stéphane Kerecki  (à la contrebasse) & John Taylor (au piano), Pannonica de Nantes, 5 avril.

    Un très bon concert avec un pianiste formidable. Une musique fine, élégante, mélodieuse. Du cousu main, de la dentelle sonore. Quelque chose d’aérien dans ces compositions de Stéphane Kerecki.

     

     

    13-5-7, site troglodyte la madeleine (12).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    ONPL, 12 avril : Richard Wagner : Ouverture de Faust ; Franz Liszt : Concerto pour piano n°1 ; Johannes Brahms : Symphonie n° 1.

    Où l’on retrouve à la direction John Axelrod. Et l’ombre de Beethoven. La symphonie de Brahms est souvent appelée La 10e symphonie de Beethoven. On compatit.

     

     

    13-5-10, Trémolat (2).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    18 avril 2013. Plaisirs de l'eau  à la Chapelle de l'Oratoire (Musée des Beaux-Arts de Nantes). Des œuvres issues des collections du Musée, autour du thème de la plage et des baignades et signées par des artistes des années 20-30. Des affiches et des cartes postales réalisées par des artistes de la fin du XIX ème siècle complètent l'exposition. Les gravures de Jean-Emile Laboureur, les œuvres de Raoul Dufy et de Paul Signac (le pointillisme !). Ainsi que des photographies de Claude Cahun, photographies réalisées avec l'aide de Marcel Moore, sa compagne.

    Une exposition lumineuse et élégante.

    La Chapelle de l'Oratoire, Place de l'Oratoire, 44000 Nantes.

     

     

    13-5-10, Trémolat (4).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Comme chaque année, l’Atelier, rue de Chateaubriand à Nantes accueillait du 4 au 28 avril 2013, pour une carte blanche, les lauréats du Prix des Arts Visuels de la Ville de Nantes.

    En 2012, le prix a été attribué à Chloé Jarry, Marie Lancelin, Frédéric Malette, Bevis Martin & Charlie Youle

    L’ensemble de l’exposition est très intéressant. Une petite préférence cependant pour les graphites de Frédéric Malette et le travail de Marie Lancelin.

     

     

    13-5-10, Trémolat (5).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Récital Françoise Thyrion le 18 avril 2013 à la Salle Vasse, avec son répertoire “Chantons sous les toits”.

    Où l’on découvrit une Françoise Thyrion déchaînée, voire déjantée. Entourée de Fred Bellayer à l’accordéon et de Pierre Le Bot au piano. Et chantant des textes de Queneau, Topor, Desnos, Gatti, Valmer, Cahun, Aragon. Que des poètes !

    Très drôle.

     

     

    13-5-10, Trémolat (6).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Le mercredi 24 avril 2013, vers 18 heures, à la galerie TrES, lecture de Kza Han. Cinq visions nocturnes et cinq visions crépusculaires inspirées de peintures de Kim Kyung-Jin exposées du 10 au 30 avril 2013

    Une belle exposition avec des tableaux à la fois lumineux et fuligineux (par derrière la peinture, une touche d’obscur qui irradie l’élégance et la grâce). Les peintures de Kim Kyung-Jin, à l’huile ne s’inscrivent pas dans l’art contemporain d’avant-garde mais elles sont belles et portent l’esprit. Certaines, toutes peut-être, déclenchent rêveries, réflexions et portent un désir d’écriture.

    Galerie TrES, 3, rue Bossuet 44000 Nantes  - 09 83 24 79 32, 06 83 55 66 49 - enveloppeji@hotmail.com

     

  • Le blues de Billie, celui d’Olga, quelques mitraillettes, mars 2013

     

     

    13-5-7, site troglodyte la madeleine (8).JPG

     Cliché Philippe Gicquel

     

    Vendredi 15 mars au Pannonica de Nantes : “Ladies first”… Rachel Fandi 4tet + Billie’s Blues.

    En première partie : Billie’s Blues. Laure Donnat  a des effets de voix rauques, une force, une présence habitée. Le récital est axé sur le destin de Billie Holiday. Statut de négresse. La vie d’une pauvre femme noire. Avec Lilian Bencini, à la contrebasse, le duo atteint par instant des accents musique contemporaine. Quand Lilian utilise l’archet notamment.

    En seconde partie Rachel Fandi 4tet. Rachel Fandi éprouve une véritable passion pour la Great Black Music. Elle interprète des morceaux traditionnels et emporte l’adhésion de la salle. Ses influences sont multiples : hip-hop, Afrique, jazz, soul music.  Ses références : Ella Fitzgerald, Billy Holiday, et Sarah Vaughan.

    Rachel Fandi : voix / Olivier Rousseau : claviers / Olivier Delaire : contrebasse / Martin Piveteau : batterie

     

    13-5-5, Trémolat (6).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Olga Boldyreff. A la salle Vasse à Nantes. Le présent recomposé, spectacle/performance présenté le 17 mars à 15h.

    Olga Boldyreff est seule en scène. Comme il est précisé dans le programme, ce spectacle renoue avec le thème du temps, thème maintes fois exploré par l’artiste. Comment jouer avec lui, l’étirer, le ralentir, le mélanger, l’accélérer. Mêlant différents genres, « Le présent recomposé » nous transporte pendant plus d’une heure dans l’univers intimiste et étrange du voyage comme une quête -  Le texte du spectacle peut être lu ici.

    Née en France de parents russes exilés, Olga Boldyreff vit l’expérience du déracinement. L’errance est l’une des pratiques de l’artiste et elle a bien évidemment quelque chose à voir avec ce déracinement, les fragments épars d’une vie.

    Du 1er février au 18 avril 2013, les dessins exposés dans le hall de la salle Vasse s’inscrivent dans le cycle Une obscurité lumineuse. Ils s’intéressent cette fois à la partie obscure de Saint-Pétersbourg et de certains paysages. Ce sont des fragments de façades d’immeubles, des lieux vides de présence humaine, des royaumes de solitude. Ils crient silencieusement.

    Naguère, en d’autres lieux – notamment au Musée des Beaux-Arts, à la chapelle de l’Oratoire -, Boldyreff a exposé des travaux utilisant des instruments, des techniques, des matériaux empruntés aux arts populaires : broderie, tricot, crochet. Avec des innovations malicieuses, tels ces dessins réalisés avec pointes et fils qu’on range dans un coffret une fois l’exposition terminée.

    http://olgaboldyreff.blogspot.com  


    13-5-7, site troglodyte la madeleine (9).JPG

    Cliché Philippe Gicquel


    Diego Imbert 4tet, au Pannonica, le 20 mars.

    La contrebasse pilote le quartet. Elle emmène le groupe, le tire vers l’avant. La contrebasse est le capitaine. Normal, c’est Diego Imbert qui a composé. Beau souvenir à revivre en vidéo et en musique.

    Diego Imbert : contrebasse, compositions / David El-Malek : saxophone ténor / Alex Tassel : Bugle / Franck Agulhon : Batterie

     

    13-5-5, Limeuil (8).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    A l’atelier, 1 rue de Châteaubriand, à Nantes : une proposition de l’Ecole Supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole : MARBLE & CELLULOÏD (Camille Dumond, Johnny Gaitée, Clément Prunier, Céline Gailleurd & Olivier Bohler, Jean Herpin) - commissaire d'exposition : Jean Sylvain Bieth

    Du 27 février au 24 mars 2013.

    Une exposition passionnante, qui conjugue l’art au XXIème siècle. Première salle : des photos noir & blanc. Enigmatiques. Belles. Et un film projeté sur un miroir avant d’être renvoyé sur le mur. Où il défile dans un cercle. Des mitraillettes avec des textes de type révolutionnaire. Une ambiance qui me fait penser aux situationnistes. Et aux mouvements révolutionnaires, à l’ultra gauche des années 70, aux expériences visuelles de ces années-là. Dans la salle noire : un film (quelques mots clefs : utopie, Emmaüs, expositions, installation et désinstallation d’une exposition)

    Juste avant de sortir, dans d’autres salles, des photos vivantes : des vidéos statiques.

    http://marbleandcelluloid.wordpress.com/

     

  • Jazz, images, février 2013

     

    13-5-4, Trémolat (4).JPG

    Cliché Philippe Gicquel

    A Nantes, au Carré Vert, entre la cathédrale, le musée des Beaux-Arts et le Jardin des Plantes, la galerie Albane proposait une exposition du 18 janvier au 24 février 2013 : ART AU CARRÉ.

    35 plasticiens ou artistes et des œuvres qui sortaient souvent de l’ordinaire. Comme la mise en scène, qui jouait avec des trous dans les murs, avec des fils électriques qui pendouillaient. Des allures de chantier qui mettaient bien en valeur les œuvres toutes un peu déjantées. Voire beaucoup.

    L’art au carré. Facétieux, décomplexé, allumé.

    Voir le catalogue ici 

    Quelques-uns des artistes qui me laissèrent un souvenir persistant : Fanny Alloing déjà vue en d’autres expositions, Liz Bono & ses paysages poétiques, Mélanie Bourget et ses sculptures en raku, Véronique Paquereau et ses peintures sur bois et toile qui me font penser à Klimt, Claire Salmon-Legagneur et ses sculptures-costumes qui évoquent l’univers de Jérôme Bosch, Ghislain Viaene et ses chimères en résine.

     

     

    13-5-4, Trémolat.JPG

    Cliché Philippe Gicquel


    A l'Atelier, 1, rue de Châteaubriand, du 16 janvier au 17 février 2013, une exposition de Malik Nejmi, artiste franco-marocain.

    El Maghreb reconstruit l’histoire d’une famille marocaine. Une quête identitaire, tournée vers la figure du père. L’immigration et son histoire. La solitude. L’exil.  Le Maroc, la France. Voir quelques photos ici.

    Tabou child / enfants tabous d’Afrique évoque l’Afrique face au handicap, l’exclusion de l’enfant victime d’une malformation  ou d’une déficience mentale. Ici, ça prend aux tripes. Le carrelage de l’hospice, les enfants rejetés. Parfois, la photo est très belle. Comme une peinture luxueuse.

     

    Non loin de l’Atelier, à la Galerie Confluence, encoreMalik Nejmi : Identités Rêvées. Du 11 janvier au 17 février 2013

    L’exposition ici est plutôt différente. Les photos sont plus soignées techniquement parlant, plus posées. C’est une autre démarche, plus apaisée, au moins en apparence. Lire le dossier de presse ici

    www.maliknejmi.com

     

    13-5-5, Limeuil (5).JPG

     Cliché Philippe Gicquel

    Le dimanche 17 février : Georges Rousse, à la galerie Temps présent à la Chapelle-sur-Erdre, ouverte récemment.  Un travail magnifique et sidérant. Des photos étonnantes découlant d’une démarche étonnante. Même les aquarelles de préparation des photos sont des œuvres à part entière. Un lieu est investi – une pièce, un hangar – et l’artiste peint une portion de la scène de manière à créer une image en trompe œil ; par exemple, un carré rouge qui semble au milieu de la photo et qui est en fait peint sur le plafond, les murs, le plancher de manière à apparaitre net et sans bavures. Le grain de la photo est superbe, on a toujours l’impression d’avoir affaire à un tableau de peintre.

    www.georgesrousse.com/

    www.galerie-photo.com/georges-rousse-une-image

     

    13-5-5, Limeuil (6).JPG
    Cliché Philippe Gicquel

    Ce même dimanche 17 février : Dorothy-Shoes à la Rocheservière, dans les bâtiments du syndicat d’initiative.

    Là-aussi, quelque chose de bluffant. Mise en scène : un homme sur un site industriel abandonné. De l’humour, du surréalisme. Et un DVD qui présente la démarche de l’artiste. L’exposition TAPS- Extinction des feux est évoquée sur le site de l’artiste. Lire ici.

    www.dorothy-shoes.com/

     

    13-5-5, Limeuil (7).JPG

    Cliché Philippe Gicquel


    28/02/2013, salle Paul Fort

    Eric Legnini Trio feat. Mamani Keïta & Hugh Coltman.

    Un concert de première force. Musicale, sonore, vitaminée. Du jazz, de la pop, du folk et de l’afro beat. Un chanteur se joint d’abord au musicien, Hugh Coltman puis la chanteuse malienne Mamani Keïta. Ça dézingue, ça se trémousse, ça fait la fête.

    Eric Legnini : piano, Fender Rhodes / Thomas Bramerie : contrebasse /Franck Agulhon : Batterie / Mamani Keïta : voix / Hugh Coltman : voix
    Quentin Ghomari : trompette / Boris Pokora : saxophone/ Jerry Edwards : Trombone