Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Arc-en-ciel sur biotopes, septembre2013

    Lee Tae-Ryang a exposé à la galerie TrES de Nantes du 10 au 30 septembre 2013. Ce peintre de Séoul, inspiré par la pensée de Wittgenstein, pousse actuellement ses recherches dans des directions qui font penser au pop art. Ses huiles, acryliques et collages sont des moments philosophiques, des représentations de la pensée. Une pensée qui n’ignore pas la réalité du monde, le concret, ceux-ci agissant évidemment en retour sur cette pensée. Les réalisations,  de style plutôt contemporain, d’apparence abstraite, laissent une large place aux mots, aux chiffres, aux symboles, à tout ce qui, en fait, a lien avec l’esprit humain et ses manifestations.

     

     

    IMG_1617.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Du 13 septembre au 13 octobre, la Quinzaine Photographique nantaise, qui en fait dure désormais un mois, occupe le terrain. De nombreuses galeries nantaises exposent alors des œuvres argentiques ou numériques.

    Cette année, la Quinzaine a pour thématique le Biotope.  En écologie, le biotope est un type de lieu de vie, défini par des caractéristiques physiques et chimiques. Les vies qu’il héberge sont nécessairement spécifiques. Seules celles qui sont déjà adaptées ou capables de le faire, y survivent. Le tout forme un écosystème.

    Si l’homme a lui aussi eu un biotope dans ses origines, en créant la civilisation, il a façonné son environnement au point que l’on peut désormais parler de technotope. Et, finalement, le thème de la QPN, c’est plutôt ce technotope.

    Lire la Présentation de la Quinzaine Photographique Nantaise 2013

     

     

    IMG_1618.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    A la galerie du Rayon Vert,  l’exposition Territoires précaires présente les travaux de deux photographes confirmés : Dorothy Shoes  (TAPS - Extinction des feux) et Henk Wildschut  (Shelter).

    La galerie a profité de l’occasion pour présenter aussi, dans une salle spécifique, de jeunes photographes qu’elle soutient : Emmanuelle Caron, Maëlle de Coux, Florence Gicquel, Sachiko Morita...

    L’ensemble des œuvres photographiques présentées sur les deux étages de la galerie est d’une grande qualité.

    Dorothy Shoes est née en 1979 et est Française même si ses nom et prénom ne l’indiquent pas. Elle a déjà beaucoup exposé. A Bruxelles, en France, en Indonésie, Hongrie, à New York, à Montréal.

    La série présentée au Rayon Vert a été réalisée au Chili, dans le désert de la Salitrera d’Humberstone, cité minière productrice de salpêtre pendant l’ère industrielle jusqu’en 1960 puis abandonnée. Des ruines, des espaces vides, du vent qui pousse devant lui des fétus de paille. Hantés par un être humain de chair et d’os. Hector Castro, 75 ans, qui travailla justement à Humberstone. Sur les clichés, l’homme pose, remuant des bribes de sa mémoire dans un paysage gris, inerte, vide, délaissé. Le tout est néanmoins empreint d’une certaine malice – la touche de Dorothy Shoes – et ponctué de traits d’humour.

    Henk Wildschut naquit en 1967 aux Pays Bas et a exposé un peu partout lui-aussi. Amsterdam, Sydney, Shanghai, Pékin, Londres, Prague, Rome et La Haye.

    Il nous a apporté, lui-aussi, des images d’un technotope, d’une désolation pleine de vie : La Jungle, près du port de Calais où se sont installés des voyageurs de la pauvreté, des  gens d’Irak, Afghanistan, Pakistan, Somalie, Soudan, Nigeria. En attendant de trouver le moyen de traverser pour se rendre en Grande-Bretagne, ils ont  construits des abris temporaires avec des déchets, des vêtements, des couvertures. Ça tient comme ça peut, avec des bouts de corde, du ruban adhésif et par magie. Exclus mais dignes.

    Rien n’est plus précaire que ce que montrent ces photos. Pourtant, c’est très beau.

     

     

    IMG_1619.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    A l’Atelier, 1 Rue de Châteaubriand, à Nantes, toujours dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise, la qualité est aussi présente. STEPHANE BRETON : Eux et moi. LUCAS FOGLIA  : A Naturel Order. AYMERIC FOUQUEZ : Ets Giorgetti sculptures, Sequel Landscapes.  NATHALIE MOHADJER : Zwei Beir für Haiti.  ESTELLE ZOLOTOFF - Prix QPN 2013 : Les héros incertains

    Le film de Stéphane Breton mérite qu’on s’y arrête car c’est une petite merveille malicieuse dont chaque scène est une leçon de philosophie. Ces gens, en Nouvelle-Guinée, qui se promènent nus avec un arc ou une hache, dans leurs attitudes, leur rouerie, leur malice, nous semblent bien proches. 

     

     

    IMG_1620.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Au Passage Sainte Croix, l’exposition des photographies de Cédric Delsaux, toujours dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise, vaut aussi le détour. Ces clichés sont non seulement beaux, mais ils racontent, ils parlent. Alors que l’homme n’y est pratiquement jamais présent. Ces lieux ont été photographiés comme après le départ volontaire ou non de l’homme.

     

     

    IMG_1621.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    A la Galerie rdv, Guillaume Lemarchal donne à voir treize photographies réalisées sur cinq territoires différents. Elles révèlent toutes des lieux que l’homme a occupés et, donc, modifiés en les adaptant à ses usages puis parfois en les abandonnant ensuite. Laissant d’étranges structures dans le paysage, des machins, des trucs, des architectures, des statues mystérieuses. Délaissés.

    Technotopes énigmatiques.  

     

     

    IMG_1622.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    A rappeler aussi, en association avec la Quinzaine Photographique Nantaise, la très belle exposition à la Galerie Confluence  déjà évoquée ici-même. Voir plus loin : Scène Sully, fin août 2013.

     

     

    IMG_1632.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Dimanche 22 septembre 2013. Une journée au festival photo de La Gacilly 

    Le site Internet du festival met bien en valeur ce qui est proposé. Il y en a pour tous les goûts. Quelques photographes sont plus grand public que d’autres, une ou deux séries, trop bien léchées, trop bien réussies, donc sans surprises finalement, peuvent apparaître ennuyeuses. Mais la plupart des propositions sont passionnantes, exceptionnelles.

    Des moments forts avec Sabrina et Roland Michaud pour leurs Carnets d’Afghanistan ; Jacques-Henri Lartigue  pour VIVE LA VIE ;  Harf Zimmermann pour HUFELANDSTRASSE BERLIN 1055 ; Olaf Otto Becker  pour ABOVE ZERO ; Michael Lange  pour WALD - PAYSAGES DE LA MEMOIRE ; Karl Lagerfeld pour ses photographies de mode.

     

     

    IMG_1635.JPG

    Cliché Philippe Gicquel

     

    Et pour amorcer le mois d’octobre, à la Galerie TrES, Kwon Si-Sook, peintre coréenne, qui exposera du 1er  au 30 octobre 2013.

    Kwon Si-Sook vit et travaille à Busan. Ses œuvres sont dominées par la couleur, une couleur éclatante. Qui irradie une grande poésie. Une technique picturale traditionnelle, à base d’encres de Chine et de pigments naturels.

    La vie haute en couleurs.